La république de l’Ouganda est condamnée de payer 325 millions USD à la RDCongo par la CIJ( Cour Internationale de Justice). L’arrêt sur la question des réparations en l’affaire des activités armées sur le territoire congolais a été rendu public mercredi 09 février au Pays-Bas précisément à la Haye.

« La somme allouée devra être intégralement acquittée par versements annuels de 65 000 000 dollars des Etats-Unis, dus le 1er septembre de chaque année, entre 2022 et 2026. La Cour décide que, en cas de retard, des intérêts moratoires, au taux annuel de 6 %, courront sur toute somme due et non acquittée, à compter du jour suivant celui où celle-ci aurait dû être réglée ».

L’affaire a été portée devant le tribunal pour la première fois en 1999 et en 2005, la CIJ a jugé que l’Ouganda avait violé le droit international en occupant des parties de l’Ituri avec ses propres troupes et en soutenant d’autres groupes armés dans la région pendant le conflit. Il a également jugé que le Congo avait violé le droit international avec une attaque contre l’ambassade Ougandaise à Kinshasa.

Le tribunal avait ordonné aux voisins africains de négocier des réparations mutuelles, mais en 2015, le Congo est retourné devant le tribunal de l’ONU en affirmant que les pourparlers n’avançaient pas. Après avoir mis en place une commission d’experts pour l’aider à évaluer les montants des dommages, le tribunal tient des audiences sur la question cette semaine.

Ce conflit a impliqué jusqu’à neuf pays africains, parmi lesquels l’Ouganda et le Rwanda, qui soutenaient des forces rebelles dans l’Est du pays, riche en minerais.

La RDC a accusé l’Ouganda d’actes de « barbarie » lors d’audiences devant la CIJ en avril 2021, évoquant « une occupation de cinq ans marqués par de très graves atteintes aux droits de l’homme ». Kinshasa réclamait plus de 11 milliards de dollars, un montant que Kampala avait qualifié d’exorbitant.

La rédaction