L’humanité célèbre chaque 22 avril de l’année, la journée mondiale de la terre. Pour Maître Muhindo Mulumbi Jackson, Avocat et militant de l’écologie, nous devrions respecter la Terre. Par exemple, en langue latine, en général tout nom désignant LA TERRE est du genre féminin. Même les noms de pays de la deuxième déclinaison qui pourtant sont du genre masculin. On peut citer terra lui-même, humus signifiant à même le sol d’où humilité, Aegyptus, Égypte. Ceci parce que, pour ces savants, LA TERRE a été d’abord prise, à juste titre, pour mère de la patrie; et puis, plus largement, la mère des récoltes. Pourquoi nuire à un être féminin, un être nourricier de nous-mêmes, un être aussi fragile, doux que bienveillant ?

On peut en dire plus à mille mots comme en un seul la terre est une partie de nous-mêmes êtres humains. En effet, aussi bien de par la BIBLE que la MYTHOLOGIE, l’HOMME naît de la TERRE. Celle-ci est donc un de nos organes du corps. Jamais on ne dormira, on ne vivra tranquillement avec la pathologie ou l’algie de l’un de nos organes corporels. Ne nuisons pas à la terre, ne la polluons pas ! Que ceci soit le cri et le combat de tous !

Bref, on ne survit pas si ce n’est en obéissant à la nature, dont la terre est la plus grande composante. Naturae non nisi parendo vincitur [=On ne vainc le cours de la vie qu’en observant la nature comme parent]. Autant de l’obéissance parentale nous tenons la vie, autant en obéissant à la terre nous vivons !